L’inépuisable curiosité des paradoxes temporels

Les récits de voyages temporels sont pléthores dans la littérature, ceux de science-fiction en particulier. Mais ces fictions se révèlent contradictoires, incohérentes, presque toujours paradoxale. Alors, est-il possible, à la lumière des acquis de la science contemporaine, de réfléchir à ce que seraient, vraiment, des voyages dans le temps. Est-il concevable d’évaluer leur possibilité effective ? Nous sommes ainsi conduits à considérer certaines des recherches actuelles les plus subtiles de la physique contemporaine sur la temporalité. A la lisière de ses hypothèses les plus novatrices. Par exemple la théorie des cordes ou la gravité quantique. Au-delà de la seule physique, les débats concernent les relations avec d’autres disciplines, la biologie, la théorie de l’information et, bien sûr, la philosophie.

 

CONTINENT SCIENCE - FRANCE CULTURE - 23/12/2013

 

L'Européisme a-t-il eu raison de l'Europe ?

La Grande Table reçoit aujourd'hui Frédéric Lordon, philosophe et économiste, à l'occasion de la parution, aux Editions Les Liens qui Libèrent, de son dernier essai, La Malfaçon. Monnaie européenne et souveraineté démocratique.

Lordon y développe comment il a choisi de traiter de la sortie de l'euro, cela non pas d'un point de vue de stratégie économique (dévaluation) mais plutôt sous l'angle de la nécessaire restauration de la souveraineté démocratique.

Marc-Olivier Padis, rédacteur en chef de la revue Esprit, qui propose d'ailleurs dans son dernier numéro (mars-avril) un article d'Anne-Laure Delatte sur la question de la sortie ou non de l'euro, joindra ses questions et réflexions à celles de Caroline Broué et d'Antoine Mercier.

 

 

Une émission France Culture : La grande table

Que savons nous de la gravité ...

Au sein des quatre forces fondamentales qui sont responsables de tous les phénomènes physiques dans l’univers, la gravité tient une place particulière. Il s’agit de la seule dont chacun d’entre nous ressent  l’action en permanence. L’attraction d’un corps par un autre est responsable des mouvements des planètes autour de leur étoile ou de la Lune autour de la Terre aussi bien que de la banale chute d’un verre qui se casse au contact avec le sol. Et nous la ressentons douloureusement lorsque c’est notre propre corps qui tombe à la moindre perte d’équilibre. Il est bien moins facile de percevoir les interactions nucléaires fortes et faibles ou l’interaction électromagnétique. Cette familiarité avec l’expérience permanente de la gravité conduit-elle à une connaissance plus approfondie de la gravité ? Pas sûr, comme nous allons le voir aujourd’hui. ...

 

 

 

Une émission France Culture : Science Publiques